Découvrez les Primeurs d’Alsace

Fruits et Légumes d'Alsace Mars 2017 131

Les PRIMEURS signent le retour des beaux jours,

il faut attendre le mois d’avril pour les retrouver dans les jardins comme sur les étals. Ce sont les premiers légumes de la saison.

Ce qui distingue aussi les primeurs des autres légumes est qu’ils ont été cueillis très jeunes.

Ils présentent alors des  caractéristiques gustatives incomparables : les primeurs sont considérés comme plus tendres et plus fondants. Bref, ils sont tout simplement ce qui forme le nouveau paysage des jardins pour une renaissance gastronomique de nos assiettes. Ainsi se bousculent sur les tables:

Salades, radis, navets, rhubarbes, asperges, oignons blancs

Leur destin n’est pas uniquement d’égayer votre palais mais aussi de refaire un plein de vitamines et de minéraux bien mérité après ces longs mois d’hiver!

La tendreté des primeurs les rend moins résistants que les légumes parvenus à complète maturité.

Afin de préserver au mieux toutes leurs valeurs nutritives, consommez les dans un délai court.

 

Les Salades

Image2

Il existe plusieurs types en Alsace citons en exemple la Laitue.

Qui ne connait pas la laitue ? Cinquième légume le plus consommé des Français, elle est aussi l’un des plus populaires dans le monde. La Lactuca sativa regroupe plusieurs centaines de variétés ; guère étonnant puisqu’elle est cultivée depuis la plus lointaine Antiquité.

Sa culture, s’étalant sur une grande partie de l’année, réclame un vrai savoir-faire de la part des producteurs.

La laitue pousse sur à peu près tous les sols, mais un terrain souple et aéré est idéal pour sa culture. Elle demande en outre peu de fertilisant.

Afin de récolter les salades régulièrement, les producteurs effectuent des plantations entre le milieu du printemps et la fin de l’automne : De début mars à fin avril, en plein champ pour les laitues de printemps. De mai à août, en plein champ pour les laitues d’été et d’automne. D’août à Novembre, en plein champ pour les laitues d’hiver.

Le Radis :

Image4

 

Le radis est une racine comestible originaire d’Asie mineure. Longues, rondes, petites ou grosses, les différentes variétés proposent une subtile palette de saveurs. Croqué au naturel avec un peu de sel, c’est un pur aliment plaisir reconnu aussi pour ses qualités nutritionnelles.

Vite ! Le radis pousse vite et chaque facteur de son environnement joue un rôle majeur dans son développement. C’est donc le savoir-faire du producteur qui permet de faire un radis de qualité.

Un bon radis pousse dans une terre sableuse bien préparée : le sol est aéré et purifié grâce à la rotation des cultures d’une année sur l’autre.

Il doit être récolté au bon moment, ni trop petit ni trop gros, juste avant d’être conditionné et envoyé sur les lieux de vente.

Le radis est exigeant en eau et requiert un bon système d’irrigation. Trop peu arrosé, il est trop piquant.

La durée du cycle pour récolter varie de 18 à 90 jours suivant la variété et  la période dans l’année. Une fois récoltés, les radis sont douchés, et les racines, brossées.

L’Oignon blanc :

Image5

Est un légume primeur qui présente un bulbe très réduit. Il est en effet cueilli avant que ses feuilles ne cessent de pousser et que le bulbe se mette à grossir en terre (ce qu’on appelle la tubérisation). Leur beau panache de feuilles allongées d’un vert intense et leur chair douce sauront séduire votre regard et vos papilles !

Il est cueilli en cours de tubérisation et présente un bulbe un peu plus consistant, souvent de forme allongée.

Leur culture est bisannuelle : ils peuvent être semés et récoltés au printemps comme en automne.

La tige de la plante donne naissance, sous elle, à des racines blanchâtres et peu ramifiées et, au-dessus, à des feuilles dont la base charnue et renflée forme un bulbe unique.

Les oignons primeurs sont cueillis avant maturation et réclament au producteur un vrai savoir-faire et une grande attention pour que la qualité soit au rendez-vous !

L’oignon aime la terre dans laquelle il croît, légère et bien drainée. Le producteur se garde bien de trop l’arroser, pour ne pas risquer de faire pourrir les bulbes. Le légume a besoin de bains de soleil prolongés pour croître correctement.

Le Navet Botte :

Image6

Originaire d’Europe de l’Est, cette racine gorgée d’eau n’est pas aussi fade que sa réputation le laisse entendre. Au contraire, son goût caractéristique donne une touche indispensable à de nombreuses spécialités régionales comme à des plats très raffinés. Ses qualités nutritionnelles en font un compagnon de votre bien-être, apprécié de l’automne au printemps.

Le navet est une racine, mais saviez-vous qu’il appartient à la famille des choux ?

Légume populaire à travers les siècles, il a l’avantage de pousser sur des sols pauvres. Cela lui a valu d’être pendant longtemps un aliment de base de nombreux plats rustiques.

Il a été très longtemps l’un des aliments de base.

Il est apprécié au printemps pour sa douceur.

Le navet est une racine peu exigeante. Simplement, il n’aime pas trop le soleil. Récolté deux fois par an, il est facile à cultiver en association avec des plantes complémentaires comme le petit pois ou le maïs.

L’asperge :

Image3

Est un délice de printemps à ne pas manquer. Longtemps considérée comme un produit de luxe, elle est aujourd’hui beaucoup plus abordable.

Les asperges doivent être protégées du soleil. Une fois hors du sol, une course contre la montre commence pour le producteur. Elle est constituée d’une tige (la griffe), sur laquelle se développent au printemps des bourgeons, puis des turions (nom donné aux jeunes pousses que l’on mange).

Tant que l’asperge progresse dans le sol à l’obscurité complète, elle reste blanche. Mais, dès qu’elle entre en contact avec la lumière du jour, elle vire au violet, puis au vert. Les asperges blanches sont très prisées des consommateurs. Pour faciliter leur récolte, les producteurs font des buttes de terre pour les priver plus longtemps de soleil.

Les producteurs cueillent les asperges à la main, une par une, à l’aide d’un couteau. Il faut aller très vite : l’asperge peut pousser jusqu’à 15 cm en une journée ! Pour être sûrs de les cueillir au bon moment, les producteurs passent tous les jours au même endroit.

La Rhubarbe:

Image7

Plante rustique originaire d’Asie, elle fut d’abord introduite en Europe pour ses vertus médicinales plutôt que gustatives.

La rhubarbe est une plante très bien acclimatée en France. Ce sont ses tiges, pouvant atteindre jusqu’à 1 m de hauteur, qui sont comestibles. Les larges feuilles ondulées, en revanche, sont toxiques.

Le mode de culture le plus utilisé est la multiplication par éclats de souche. En effet, cette plante vivace peut subsister une dizaine d’années au même endroit, mais elle donnera de moins en moins de feuilles. La souche est donc littéralement éclatée pour être replantée en pleine terre, en mars ou en octobre.

Plante rustique, la rhubarbe demande peu d’entretien. Il faut cependant veiller à bien désherber le pied pour ne pas l’étouffer. Cette opération s’effectue manuellement pour ne pas entailler les pétioles.

Pour pousser, la rhubarbe réclame un climat tempéré et de l’eau en quantité. La terre doit donc rester humide, surtout aux périodes les plus chaudes de l’année.

Dès le mois d’avril, la rhubarbe pousse de façon spectaculaire en quelques jours.

 

Les primeurs
L’ atout forme et bien-être

Image8

Les primeurs

Ces jeunes légumes sont plus intéressants en termes de qualité nutritive car leurs valeurs nutritionnelles sont à leur maximum. Ils apportent les nutriments dont votre corps a besoin : vitamines, minéraux, fibres… En outre, ils dopent le moral, permettent de déjouer la fatigue et ils aident l’organisme à passer de l’hiver au printemps en pleine forme.

Pourvus de subtiles qualités gustatives, les primeurs conviennent aux personnes à l’estomac fragile. « Ils ont l’avantage de contenir des fibres tendres et de la pectine, particulièrement bien tolérées au niveau digestif.

Les oignons blancs

sont à consommer sans modération : légers en calories, ils sont bénéfiques au système cardiovasculaire (fluidité sanguine, élasticité des petits vaisseaux), renforcent les défenses immunitaires, et ont un effet anti-infectieux. Les pousses vertes sont, de plus, très bien pourvues en carotènes antioxydants

Les salades : Légères, elles regorgent de minéraux, de vitamines et de nutriments indispensables.

Les salades vertes offrent une richesse nutritionnelle incomparable. Elles sont une source incontournable d’acide folique (vitamine B9). Cette substance, qui joue un rôle clé dans le renouvellement de toutes les cellules de l’organisme, est particulièrement nécessaire aux futures mamans. Le pissenlit, le cresson, la mâche ainsi que la frisée figurent parmi les salades les plus riches en vitamine B9. Comme tous les aliments du règne végétal, les salades fournissent de précieux nutriments. Feuilles de chênes, laitue, roquette, endive, trévise, scarole, batavia regorgent de bêtacarotène. Leurs feuilles recèlent également de la vitamine C, des vitamines du groupe B et des petites doses de calcium.

Le navet est très pauvre en calories (18 kcal/100 g), ce qui lui permet d’être intégré à de nombreux régimes. Il est très riche en minéraux : calcium, potassium et phosphore. Il contient par ailleurs des substances spécifiques : les hétérosides soufrés qui lui donnent sa saveur originale et contribuent à protéger du cancer.

Image9

L’asperge, arrive à point pour les régimes de printemps grâce à sa légèreté (25 kcal/100 g). « L’asperge est diurétique, car riche en potassium, en fructosanes et en asparagine bêta. Elle favorise donc une bonne élimination rénale ».

Le radis est particulièrement peu énergétique. Ses glucides assurent l’essentiel de ses calories. Ceux-ci sont constitués de sucres simples (glucose et fructose), mais aussi de sucres comme les pentosanes ou les hexanes, qui ne sont que partiellement assimilables.

Les radis constituent une bonne source de vitamine C et de vitamines du groupe B, notamment B9 (ou acide folique) ; ils apportent une petite quantité de provitamine A (carotène).

Ils sont bien pourvus en minéraux et en oligo-éléments : potassium, calcium, phosphore, magnésium, fer, cuivre, zinc, phosphore, sélénium…

Comme toutes les crucifères, il renferme des composés soufrés qui pourraient exercer une action protectrice sur la santé, vis-à-vis du cancer notamment.